Berlegost

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher
Berlegost

Informations :

Nom Berlegost
Pseudo Guillaume
Rôle Tirailleur
Grade Sergent
Archer
Contact

( Nouveau perso : Burge Beodrud )

Berlegost a pendant longtemps été un des meilleurs archers de sa contrée natale de Kiltish. Cependant par une paisible journée d'automne son village fut attaqué par des pillards nordiques alors qu'il était parti chasser, et ces derniers ont brulèrent intégralement son village, et surtout massacrèrent tous les habitants, dont sa femme enceinte. Lorsque Berlegost découvrit ce cauchemar, il décida de retrouver les monstres qui avaient ruinée sa vie et de les anéantir pour venger son village. Après plusieurs semaines de traque, il les débusqua enfin et rentra dans une rage folle... Le carnage fût à la hauteur de la souffrance du malheureux Berlegost qui mit plusieurs jours à recouvrer ses esprits.

Depuis ce jour, il lui arrive parfois de sombrer à nouveau dans cette même folie furieuse sur les champs de bataille, bien qu'il n'ait plus rien à venger. Mais cela fût particulièrement problématique lorsqu'il fût enrôlé de force dans l'armée régulière d'Albion après un obscur procès pour n'avoir pas réglé ses ardoises dans plusieurs tavernes... En effet il avait découvert dans l'alcool un compagnon à même de calmer sa colère latente et de noyer son chagrin. Mais cela avait un prix, et ce crétin de juge lui en avait collé pour cinq années de service. Ne parvenant pas à rester en place lors des manœuvres ou des attaques en formation, ni à contrôler sa rage lorsqu'on lui intimait des ordres qu'il trouvait absurdes, il fût souvent mis aux arrêts, battu, affamé, et passa même six mois au cachot après avoir pratiquement défiguré un gradé qui lui avait donné un coup de botte pour faire place à son cheval. Après cela il fût renvoyé sans solde. Dégouté par son sort, et après avoir écumé bien des lieux de perdition, on lui conseilla de tenter l'aventure sur une autre continent qu'on disait aussi dangereux que riche de promesses pour les aventuriers qui ne craignaient pas la mort : l'île de Mythodea.

Berlegost prit donc le large à bord d'un galion de Paolo Armatio et lors de son voyage il fit la rencontre d'une curieuse ingénieure qui devait venir de plus loin encore que lui, dame Kathrin Hamirheim Von Einzberg. Après quelques jours de navigation et plusieurs litres de Rhum partagés, ils étaient devenus comme cul et chemise et la jeune femme proposa qu'il l'escorte jusqu'à la compagnie mercenaire qu'elle devait rejoindre, nommée la Compagnie Caradoc.
Berlegost avait déjà entendu parler des ses Bretonniens déchus quand il était dans l'armée d'Albion, tant pour leur indiscipline que pour leur ténacité lors de la grande banqueroute de l'Alliance Mercenaire d'Albion en 1207. Il verrait bien ce que ça donnerait, lui qui avait juré de ne plus dépendre d'une hiérarchie militaire. Ceux-là seraient peut-être différents...

L'accueil fût si bon, et l'hypocras si abondant que Berlegost décida de rejoindre ces forts en gueule.
Certains semblaient aussi partager les mêmes tares que lui, mais on les regroupait dans un régiment mobile dit des « Tirailleurs », et on manquait d'archer, une sacrée aubaine !
Seul le Capitaine qui était un mage semblait dénoter du reste de cette joyeuse troupe mais bon, il dépendrait principalement d'un sergent des plus sympathiques : Max Du Boulet, un vrai poème !

Après avoir prêté serment sur leur Codex tout comme son amie Kathrin, une vie de mercenaire des plus rocambolesque lui ouvrait ses bras.