Calife Noir

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher
Le Calife Noir, représenté dans un nuage de haine , phénomène connu dans le désert de Zobi sous le nom de Mouktsa'harlouarp

Le Calife Noir ( الخليفة الأسود ) est un odieux chef de guerre et sorcier d'Arabrie du temps de Saint Caradoc. Il mena un raid dévastateur dans le sud de la Breutonnie et affama les populations en tuant tous les cochons qu'il pouvait. Le Roi de Breutonnie Aymeric le Fade eut ses mots étranges Qu'est-ce qu'ils ont contre le jambon ? mais n'envoya que la moitié des troupes nécessaires pour contrer le maléfique Calife.


Sa vilenie était telle qu'il attaqua Fort Mortadelle alors même que le pauvre Caradoc, alors chef des défenses de la citadelle, était alité pour une indigestion. Le vieux Duc de Mortadelle dû se rendre et fut obligé d'offrir ses sept filles âgées de 38 à 52 ans au Calife Noir.


Finalement, trop encombrée par ses otages, ce dernier décida de rentrer en Arabie où le preux Caradoc le retrouva en traversant le désert de Zobi pour forcer les portes de l'Alhambra de Mouktsa'har et récupérer les précieuses filles du Duc de Mortadelle. Celles-ci, de retour en Breutonnie, mirent chacune au monde des jumeaux à la peau sombre et fripée que le Duc s'empressa de faire disparaître en confiant la mission à Caradoc. On dit toujours que la haine du Calife Noir envers les contrées plus au Nord et les peuples à la peau rose est telle qu'elle a réussi à traverser les âges et que certains seigneurs ou chevaliers Breutonniens retrouvés mortellement blessés chez eux de manière inexplicable sont le fait du Calife Noir et de sa sorcellerie.


Le scribe Hadramatoub Ibn Ishak donne une curieuse explication quant à la méchanceté du Calife dans un de ses ouvrages dont voici un extrait : Et les cent vingt trois médecins, les meilleurs de tous les califats alentours, se penchèrent sur le Calife torturé pour savoir d'où venait son mal [...] , après avoir percé un minuscule trou dans sa boite crânienne et fait pénétrer un infime miroir en pierre de lune polie, on pu lire la stupeur sur chaque visage des hommes de science. Leur verdict fut aussi définitif que la colère du Calife fût grande : les cheveux du calife poussaient à l'intérieur de son crâne, comprimant son cerveau, avant de ressortir à travers l'os. Tel était le prix à payer pour les pouvoirs de sorcellerie du Calife Noir. [...] Le lendemain dès l'aube, les messagers partirent au galop porter la terrible volonté du Calife : tout homme ou femme devraient désormais se couvrir la tête d'un voilage ou d'un turban ne laissant dépasser aucun cheveux sous peine d'exécution publique. [...] Le surlendemain, les capilomanciens furent traqués, leurs échoppes mise à sac, leurs potions déversées à même le sol et ils fut interdit deux choses : montrer ses cheveux ou bien la peau glabre de son crâne.