Catégorie:Caradoc Prime

De Caradoc
(Redirigé depuis Caradoc Prime)
Aller à : navigation, rechercher

Créée en 1219 suite à la scission entre les Vétérans de la Compagnie Caradoc et les forces parties combattre sous la Bannière Noire de la Feste der Vielfalt, la Caradoc Prime est la nouvelle Compagnie Caradoc, force armée dirigée par le Capitaine Vétéran Rancelot le sans-terre, dit « de Caradoc ».

1217 Balance ton sort !

Après un long travail de sape psychologique orchestré par l'odieux mage Isenden, le Kaïser, dont l'autorité avait déjà été amoindrie par les différentes prises de rôles d'importance au sein de la Feste et de l'Ouest par des Caradociens plus ou moins méritants, fut contraint et forcé de remettre son titre de Ri de l'Ouest. Le lancement de l'arogante campagne de magie Balance ton sort fut le point d'orgue du plan machiavélique du mage boudiné qui finit par ravir le titre tant convoité !

Un mage Ri de l'Ouest à la place du Kaïser !!!
Surtout lui qui tient plus du boudin échappé de l'étale d'un charcutier que du fier Seigneur de guerre !

Honte au Ri boudiné ! Honte au mage Boudini !

Une telle hérésie ne pouvait rester sans conséquences et le petit village des vétérans allait devenir la seule enclave à ne point reconnaitre l'autorité du malfamé Boudini , alias le Risenden.

1218 Année zéro

Après des mois de tensions et de provocation diverses, Rancelot pris la décision risquée de rentrer en Breutonnie afin de chercher des fonds pour racheter leurs terres et leur cause auprès du Kaïser ou des autres dirigeants de la province Ouest de Mythodea.

Les Vétérans semblaient être revenus à leur point de départ : obligés d'obéir à des lois qu'ils n'avaient pas édictées, à respecter des suzerains qui avaient gravis l'échiquier politique de l'Ouest plutôt qu'arpenter les champs de bataille en plein cagnard sous de lourdes armures...

La rupture allait vite être consommée, et un conflit n'était pas à exclure...

1219 La Caradoc Prime !

À la fin du printemps, un petit attelage de boucs mené par un personnage encapuchonné entre dans le village des vétérans. Kermut, revenu depuis peu habiter en ce lieu, ajuste ses lorgnons et reconnaît alors la démarche et l'air bougon dans son ancien capitaine. Rancelot est de retour ! Par Saint-Caradoc, il est de retour ! s'exclame le forgeron-brasseur.

Après quelques discussions animées, les vétérans tombent alors d'accord sur plusieurs points :

  1. Jamais ils n'accepteront l'autorité d'un arriviste comme Boudini, mage de surcroît,
  2. Leur village de Saint-Caradoc-en-Bourg doit être racheté au Kaïser,
  3. Les vétérans reprendront leur activité de mercenaire pour la campagne estivale sous l'appellation Caradoc Prime , seule formation militaire se revendiquant véritablement du grand Saint-Caradoc,
  4. Le Baron Trall sera le représentant diplomatique tandis que Rancelot sera nommé connestable du territoire,
  5. Il n'y aura aucune hostilité par rapport à la Feste der Vielfalt, et les bastons de taverne qui pourraient éventuellement éclater entre les deux camps ne pourraient constituer un acte de guerre.

Une déclaration sera envoyée au triumvirat de la Bannière Noire de la Feste ainsi qu'à Boudini lors de la campagne estivale, afin d'éviter la destruction de Saint-Caradoc-en-Bourg si un conflit venait malheureusement à éclater...

1220 Après la merdaille

le supplice tel qu'il fut dépeint par les racontars et les pleureuses du mage Boudini.

De toutes les vilénies et les coups bas qu'on avait pu leur faire par le passé, celui fomenté par le mage Boudini fut le plus abjecte qui soit : Faire croire à tous les grands pontes de l'Ouest et de la Feste der Vielfalt que Rancelot et la Caradoc Prime avait voulu attenté à sa vie de misère et projetterait de toute façon de le tuer dès que possible, alors même que ceux-là se réjouissaient d'avoir trouver une solution diplomatique des plus ingénieuse pour se sortir de ce mauvais pas en proposant l'union sacrée du mariage entre Rancelot et lui...

Certes il y avait eu cet incident fâcheux au début des pourparlers ; quelques coups de dague dans le gras-ventre commis par un Haquebute qui pensait bien faire ; mais celui-ci fut tout de même punit par cinq bonnes minutes au coin entre la tente des latrines et le fil du linge de corps de Caribert qui séchait non loin.
Prenant le mage perforé sous sa protection comme le ferait un preux chevalier avec sa dame un jour de menstruations douloureuses, Rancelot enjoignit tous ses hommes à l'aider à installer le mage comme un prince dans le divan en osier du Baron et à prêter mains fortes aux soigneurs présents afin que Boudini fut recousu au mieux et au plus vite. L'ordre fut fort bien exécuté, sauf par le brave Kermut qui cru à une séance de torture et commença à lacérer les guibolles tremblotantes du mage... Heureusement sa couenne était plutôt épaisse et recouverte d'une sueur laiteuse et protectrice et fut aussitôt recousues par les habilles petites mains de Morviette. En toute innocence, cette dernière cru bon de demander à Boudini s'il n'avait pas d'autres endroits déchirés qui nécessitaient quelques points de suture. Le mage ne pu contrôler un rictus fiévreux et ses yeux se baissèrent sur sa grande culotte moulante mais alors que l'ingénue soigneuse s'apprêtait à faire pénétrer son fils et son aiguille dans ce territoire inconnu, Rancelot fit reculer tout le monde, craignant que la scène soit propice à des interprétations diverses car badauds et lansquenets avinés affluaient goguenards tout autour du mage allongé.

(à suivre)

Sous-catégories

Cette catégorie comprend 2 sous-catégories, dont les 2 ci-dessous.