Guillaume de Baisenville

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher
Le moine Guillaume de Baisenville présentant le premier tome du Culinarion.

Le moine Guillaume de Baisenville, souvent cité sous le nom de « Chroniqueur-farfouilleur », est reconnu comme étant un érudit Breutonnien du début du XIIème siècle.

Après des dizaines d'années à étudier les ouvrages de l'abbaye du Mont Saint-Missel, il décida de parcourir le royaume afin d' « élever les consciences » ou simplement d' « apporter la science aux cons ».

En effet, d'un esprit critique peu commun, il se passionna dans un premier temps pour les contes et légendes du bas peuple, puis démystifia bon nombre de croyances populaires par ses déductions et démonstrations savantes.

Cela lui valut plusieurs inimitiés tant parmi les hommes d'églises que dans la noblesse mais le Chroniqueur-farfouilleur fut « pardonné » par l'Inquisition lors de la période dite de la Grande Purge puis préféra s'intéresser aux spécialités culinaires méconnues du royaume qu'il compila dans les trois tomes connus de son Culinarion, jusqu'à la fin de sa vie.

Il mourut tragiquement d'une indigestion de soupe de croupions de Coquatrix mal exorcisés.