Hoël

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher
Hoël

Informations :

Nom Hoël
Pseudo Loïc
Rôle Lancier
Grade Soldat
Contact www.trollball.fr


1212 : Un bon Compagnon

De père Albionois et de mère Armoricaine, Hoël rejoint la Compagnie Caradoc sur Mythodea en 1212 chez les lanciers.
Plus motivé pour aller au Black Pearl que par l’entraînement aux manœuvres sous la houlette du sergent Max Du Boulet, Hoël a toujours été apprécié et était un bon compagnon qui avait toujours une bouteille à ouvrir pour ceux qui venaient le voir.

1213 : Le Venin de l'Hérésie

Capturé puis relâché par la Glace Noire lors de la prise du camp de Terra en 1213, il voulu attenter à la vie du Kaiser le soir même, lors de l'anniversaire de ce dernier.
Il subit moultes interrogatoires et exorcismes pour tenter de retirer le venin insufflé par les anti-éléments dans son être mais le Triumvirat jugea préférable de le maintenir éloigné du Kaïser...

Fort chagriné par cette décision, Hoël préféra alors prendre le large en rejoignant un équipage pirate pour vivre de nouvelles aventures. Il se dit que la réussite est avec lui car il serait devenu le propriétaire de plusieurs gargotes aux noms poétiques telles que La Quille , La Gueule de Bois , La Perdition , Le Fond de Cale ou encore La Dérive ...

Si un jour notre route croise à nouveau celle de notre ancien compagnon, il est fort probable que nous fêtions dignement nos retrouvailles !

1219 : Le Bézoard de la Glace Noire

Devenu patron de la taverne pirate de La Dérive sur une île trop lointaine pour qu'il soit utile de la nommer ici, Hoël fait la rencontre d'une étonnante jeune femme se présentant comme étant Morviette, championne de biture de fer de l'Angouille et qui à ce titre lui réclame le gîte et le couvert. Comme la donzelle a l'œil malicieux et n'est point trop laide, notre bon tavernier propose à cette galope-chopine de commencer par une Bonne Pipe et d'écouter le récit de cette voyageuse délurée. Après avoir compris qu'il lui parlait du nom de sa meilleure bière, et après s'être faite resservir pour continuer de narrer sa carrière de bitureuse de talent, elle lui apprend qu'elle donnerait cher pour reboire du Whiskilt, un alcool venant de l'archipel de Kiltish qu'elle aurait visité il y a fort longtemps. Hoël rigole et part derrière son comptoir avant de ramener une belle bouteille contenant le fameux liquide doré. Il n'en fallait pas plus pour sympathiser et de verres en bouteilles les deux énergumènes en viennent à échanger sur leurs compétences respectives en soins. Hoël lui dit s'être intéressé à l'art de la guérison car il souffre lui-même d'un mal bien profond, et qu'il a trouvé bien des techniques innovantes à base de vins et de liquoreux que même les plus grands médecins ne soupçonneraient pas. La jeune femme suspicieuse demande à voir, et la taverne se transforme bientôt en cabinet de curiosité, Hoël sortant ses meilleurs onguents à base de houblon ou sa recette de cataplasme de moût de raisins fermentés arrachée contre maintes offrandes éthyliques auprès des plus érudits des moines Bernardins qui gardent jalousement leur savoir, tandis que Morviette trouve une herbe médicinale équivalente adaptée à chaque maux dont pourrait souffrir un habitué des comptoirs. Impressionné, Hoël lui révèle alors qu'il a en lui un bézoard maléfique qu'il conserve bien malgré lui depuis qu'il fut captif de la terrible armée de la Glace Noire alors qu'il était mercenaire sur un tout autre continent. Cette maudite pierre l'a poussé à attenter à la vie de son « Kaïser bien-aimé », le chef et guide spirituel de son ancienne compagnie mercenaire, et que tant qu’il en sera l'hôte, il ne pourra s'en retourner vers les siens. Il pense avoir trouvé en la jeune soigneuse celle qui pourra peut-être lui retirer sans trop de douleur ni dégâts...

Morviette ne se démonte pas et après quelques préparatifs, procède effectivement à l'opération « par le séant » selon ses dires, de ses mains fines et savamment ointes. Soulagé, Hoël laisse alors la gestion de sa taverne à son couple de serveurs Ruspodars en qui il a entièrement confiance et peut enfin entreprendre son retour à Nova Bretonnia auprès de son ancien Capitaine, Rancelot, en oubliant pas d'apporter avec lui Morviette sa libératrice, au cas où il devrait encore se faire « pardonner »...

1219 : Retrouvailles à la Caradoc Prime