Sainte-Nitouche

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher


Sainte patronne des travailleuses solitaires, Moisinne Nitouche de son vrai nom, eut une vie pleine de découvertes en tant que disciple puis acolyte de Saint-Vergeron. Si ce dernier s'établira durablement dans le Duché de Grand-Queunelle au Sud de la Chiampagne, Sainte-Nitouche préféra restée proche de la Capitale du Royaume et fonda le couventin des Innocentes non loin de Couilleronne.

Il est avéré que Sainte-Nitouche possédait une main dextre plus petite que la normale, semblable à celle d'un jeune enfant, qu'elle appelait « mimine ». Cette main frêle et innocente pouvait apporter réconfort et apaisement par simple apposition. Aussi, les enfants naissants avec une particularité similaire sont depuis envoyés au sein du clergé de Sainte-Nitouche.

Les Mimines de Sainte-Nitouche

Ces artéfacts sacrés et richement décorés représentent la petite main de Sainte-Nitouche avec laquelle elle savait apprécier le monde qui l'entourait. Les Mimines mesurent généralement une demi-coudée de long (plus si la manche est représentée drapée jusqu'au coude) et ont la circonférence d'une saucisse de couenne de Gascouillie, similaire à la mimine originelle de Sainte-Nitouche. Les cinq doigts doivent y être représentés, mais leur position peu varier selon l'envie du sculpteur ou du commanditaire, bien que la représentation la plus courante soit celle de l'index et du majeur dressés et du pouce replié sur la paume. En revanche une représentation d'un poing fermé, symbole d'hostilité, ne peut être apparenté à une Mimine de Sainte-Nitouche.

Avant de recevoir son caractère sacré, la Mimine doit être soumise au clergé de Sainte-Nitouche qui lui apportera les sacrements rituels inhérents au culte. Plus la Mimine est décorée de riches métaux ou de pierres précieuses serties, plus vite elle sera appréciée et bénie, et retournera à son propriétaire avec la liste des bienfaits qu'elle pourra des lors prodiguer, mais sans certaines décorations ou gemmes jugés superflus.

Une mimine peut rendre bien des services et même apaiser des conflits. On se souvient en effet que le conflit opposant le Duc manchot Irvanouillé de la Flûpte et l'impétueux Duc Golrique du Bûchon fut stoppé par le prêt d'une Mimine à chacun d'entre eux. Le prestige de la possession de telles reliques fit affluer pèlerins et émissaires étrangers et fit refleurir le commerce dans ce qui deviendra le renommé pèlerinage des Saintes-Mimines de Chiampagne.

Les Innocentes de Sainte-Nitouche

« La vie est souvent cruelle et cruel devient le malheureux délaissé par l'amour... »

C'est à partir de ce simple constat plein de bon sens que Sainte-Nitouche fonda le couventin des Innocentes en Chiampagne.

Aussi, le visiteur pourra y trouver une sœur innocente pour soulager ces malheurs.
Les tarifs sont affichés sur la porte de La Chapelle.
Un supplément est à prévoir en cas de manquement à la toilette.
Le départ souhaité avant les matines où les sœurs doivent faire leurs prières intimes.