Shaanty Kapoor : Différence entre versions

De Caradoc
Aller à : navigation, rechercher
m (Régime Caradocien)
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Perso|PHOTO=Maeva.JPG|PSEUDO=Maeva|ROLE=[[Diplomate]] [[Vétérante]]<br>du Penîsh-Pradesh|GRADE=[[Invitée]]|CONTACT=[https://www.facebook.com/tinycatofchaos Facebook]}}
+
{{Perso|PHOTO=Maeva.JPG|PSEUDO=Maeva|ROLE=[[Diplomate]] [[Vétérante]]<br>du [[Penîsh Pradesh]]|GRADE=[[Invitée]]|CONTACT=[https://www.facebook.com/tinycatofchaos Facebook]}}
 
[[Category:Invités]]
 
[[Category:Invités]]
 
[[Category:Vétéran]]
 
[[Category:Vétéran]]

Version actuelle datée du 26 juin 2020 à 16:54

Shaanty Kapoor

Informations :

Nom Shaanty Kapoor
Pseudo Maeva
Rôle Diplomate Vétérante
du Penîsh Pradesh
Grade Invitée
Contact Facebook


Originaire de la Cité-État du Penîsh Pradesh dans le lointain Royaume d'Injanya, Shaanty Kapoor est un personnage exotique dans la Compagnie Caradoc qu'elle rejoint pour la campagne 1217 suite à l'insistance du Capitaine-Vétéran Rancelot la présentant comme une diplomatie émérite et une alchimiste hors pair. Il a également prétendu avoir vu en elle une future recrue de choix pour la Lochegarde, sans toutefois préciser les arguments qui le poussent à un tel jugement.

Le Penîsh-Pradesh

Géographie et Histoire

Situé dans le lointain orient, à l'embouchure du Branlapoutre, le Penîsh-Pradesh est un petit royaume indépendant dont les installations portuaire très développées en font le passage presque obligé pour tout voyageur venant de la mer et désireux de pénétrer à l'intérieur du continent réputé pour ses récits légendaires de peuples et de créatures fabuleuses.

Avec démographie limité et ne disposant d'autres ressources que le commerce, le Penîsh-Pradesh à tant bien que mal réussi à garantir son indépendance au cours des siècles grâce à une tradition des arts diplomatiques des plus aboutie. A l'intérieur, le pouvoir est assuré depuis des générations par les rajas de la 4ème dynastie, les Kapoor, qui s'appuyant sur une administration efficace, un commerce florissant et une spiritualité débonnaire ont réussi à maintenir une relative stabilité politique.

Mais en l'an 9417 (du calendrier Penîshien), éclata dans l'état voisin du Kharmamou une révolte d'esclave d'une telle ampleur qu'elle parvint à renverser le pouvoir en place largement corrompu. C'est un ancien esclave eunuque du nom de Khinah Pahdverch qui remis de l'ordre dans le pays et créa une armée de 20000 hommes qu'il lança dans une série de campagnes militaires afin d'assurer la pérennité de son pouvoir récemment acquis.

Face à cette menace, le grand Raja Aladesh Kapoor dépêcha ses meilleures diplomates afin de garantir la neutralité de son royaume mais curieusement face au nouveau dirigeant du Kharmamou, l'art diplomatique s'avéra cette fois complètement inefficace. Aussi en moins de deux jour d'une campagne militaire inégale, le Penish-Pradesh fut écrasé, sa capitale brûlé et pillée et sa famille royale décimé et en fuite. Après des semaines d'une situation complétement anarchique, le vainqueur nomma un gouverneur dans la cité en charge de rétablir les installations économiques du pays et d'adapter l'administration afin de parvenir à court terme à une intégration de ce petit royaume comme une simple province du Kharmamou. Face à cette situation, depuis son exil, une diaspora Penîshiene organise la résistance et mobilise tous ses talents diplomatiques en vue d'obtenir des alliances favorables qui lui permettrait de restaurer la souveraineté du Penîsh-Pradesh.

L'art diplomatique au Penîsh-Pradesh

Aucun société, aucun royaume n'a porté les techniques et les connaissances de l'art de la diplomatie au niveau pratiqué par les ambassadeurs du Penîsh-Pradesh. C'est à moins d'une heure de marche du palais royal, dans la campagne du Prantdâdush, que se trouvent les temples de Khajurkaho, hauts lieux de formation des diplomates Penîshien. Les temples sacrés sont des merveilles d'art pictural dont les étonnants bas-reliefs figurent les mantras diplomatiques que doivent apprendre et maîtriser les aspirants diplomates tout au long de leur instruction.

Enfance

Shaanty Kapoor est la vingt-et-unième fille du grand Raja Aladesh Kapoor dont sa mère est la cinquième épouse. Elevée comme une princesse par sa mère et les servantes, ses dix premières années ne furent que joie et douceur de vivre au sein du palais royal. Puis, elle intégrera le temple de Khajurkaho où elle démontra de réelles aptitude et prédispositions à y suivre l'enseignement dispensé qui fit d'elle une diplomatie aguerrie, capable de venir à bout des interlocuteurs les plus réticents.

L'exil

Lorsque le Kharmamou envahit le Penish-Pradesh, la jeune princesse Shaanty se vit contrainte brutalement et précipitamment à la fuite et à l'exil. Elle trouva d'abord refuge avec une partie de sa famille au Sultana du Boukistan mais la situation politique n'évoluant pas favorablement, elle fut mandatée par une tante pour aller renouer des relations diplomatiques avec les très lointaines terres de l'ouest et essayer de trouver de l'aide pour restaurer la dynastie des Kapoor. Elle embarqua donc incognito un matin pour la fort lointaine Cité libre indépendante de Combletrou avec laquelle son royaume avait jadis établi des relations diplomatiques et commerciales relativement fructueuses. Ainsi commença un périple incertain qui devait l'amener sur nombre de mers et continents et la tenir éloignée de sa terre natale pour de longues années.

Rencontre avec Rancelot

Arrivée à Nova Bretonnia avec une caravane de marchants ambulants dans le but d'y vendre ses potions, Shaanty apprécia la vue des vignes qui s'offrait à elle, c'était à priori le domaine d'un très grand amateur de vin, Baron de surcroît. Malheureusement son convoi s'enlisa à l'intersection de la route de Nova-Vinouille et du chemin du Nouveau-Fouérou qui était particulièrement boueux à cette époque, bloquant complètement le passage aux charrettes chargées de tonnelets d'hypocras des fameux pinardiers , les paysans-vignerons du Baron Trall. Ceux-ci semblaient peu enclins à prêter main forte aux malheureux visiteurs à en croire les nombreuses insultes et les copieux crachats qu'ils adressaient dans leur direction. Plus loin, un chevalier à l'armure particulièrement mal entretenue qui devait probablement surveiller le convoi de tonneaux, hurlait d'avancer aux paysans abrutis. Les esprits s'échauffant des deux côtés, Shaanty senti qu'il était grand temps qu'elle joue de ses talents de diplomate de haute lignée. Ni une ni deux, dénouant le voilage de son épaule gauche, la belle laissa apparaître des charmes qui eurent vite raison des intentions belliqueuses entre les deux groupes d'hommes. En quelques déhanchés et regards aguicheurs, marchands et pinardiers œuvrèrent de concert pour désembourber les chariotes avec une efficacité étonnante même pour les plus avinés des autochtones.

Du haut de la bute surplombant le croisement, Rancelot, bouche-bée, n'en perdait pas une miette, autant impressionné par les formes voluptueuses de Shaanty que par l'emprise qu'elle avait eu sur ces nigauds... Reprenant ses esprits, il s'approcha de la jeune femme qu'il congratula pour sa gestion de conflit et lui parla d'une expédition militaire d'envergure pour laquelle il avait besoin des meilleurs diplomates possibles. Si elle était capable de captiver à nouveau des belligérants, elle en serait grandement récompenser.

C'est avant tout une question d'alchimie, je ne sais pas si je vous serai d'une grande utilité sur un champ de bataille lui rétorqua-t-elle, comprenant qu'elle n'avait sans doute pas le choix.

Finalement, après avoir réussi à vendre l'ensemble de ses potions et onguents à Rancelot, pourtant peu friand de ce genre de liquide habituellement, Shaanty sembla plutôt enjouée à l'idée de suivre la Compagnie Caradoc dans son périple.

Régime Caradocien

Durant la campagne 1219, Shaanty est fortement impressionnée par le physique impressionnant des guerriers de la Caradoc Prime, notamment ceux de Caribert et du Baron Trall en armure, et ceux de Rancelot et d'Aimable de Couchognon dans les bain. De retour au camp après être revenue d'une visite chez l'Ost Noir, elle fait un étrange rêve lors de sa sieste diplmoatique journalière... Glaanesh, son dieu tutélaire, se présente à elle dans sur son habituel nuage de vapeur rosée afin de la mettre sur la voie des grands guerriers qu'elle côtoie, car lui dit-il de sa voie inclusive et pénétrante « puisque la diplomatie a échoué, peut-être un jour, le Penîsh Pradesh renaîtra-t-il grâce à ses guerriers... ».

Aussi stupéfaite à son réveil que si elle avait vu l'honneur d'un Mage de ses propres yeux, Shaanty décide d'entamer un entrainement militaire d'intensité dosée, accompagné d'un régime caradocien ambitieux pour devenir forte comme le légendaire chevalier qui inspira la compagnie Caradoc.