Aimable de Couchognon

De Caradoc
(Redirigé depuis Utilisateur:Tambouille)
Aller à : navigation, rechercher
Aimable de Couchognon

Informations :

Nom Aimable de Couchognon
Pseudo Tambouille,
le chevalier-cuisinier
Rôle Panzer
Cuistot
Grade Soldat
Contact TB

Originaire de Couilleronne (Couronne en vieux breutonnien) dans le Grand-Duché de Chiampagne,

Aimable de Couchognon, dit « Tambouille » le chevalier-cuisinier, est un miraculé de la Dame.

Accusé à tort de traitrise, il fut gracié mais dû s'exiler hors de la capitale de Breutonnie.

Il rejoint la Caradoc Prime en 1219 pour refaire sa vie sur Mythodea.

Le miraculé de la dame-jeanne

Chevalier du bouchon, Sire Aimable gardait la passe dite « du Bouchon » de Chiampagne afin de contrer une éventuelle invasion de l'Empire. Il reçoit l'ordre de repousser un groupe de réfugiés fuyant une attaque de peaux-vertes mais s'y opposa vertement, ferraillant même contre les hommes d'arme et autres chevaliers sans scrupules. Il est finalement maitrisé et soumis à la questionnette afin de lui faire avouer qu'il est à la solde de l'Empire. Mais le courageux Chevalier de Couchognon tient bon malgré la dame-jeanne de dix litres de mauvais vin tiléniens qu'on lui fait ingurgiter.

N'ayant pas avoué, il est condamné au bûcher le soir même. Le corps gonflé par le liquide qui ne demande qu'à en sortir, il parvient à éteindre les flammes par trois fois, ce qui est interprété comme un signe de la Dame par la foule de gueux présente. Il est alors relâché et sommé de quitter la capitale pour partir en quête du Graal ou où bon lui semblera.

Aimable le mercenaire

Après quelques faits d'armes plus symboliques que lucratif, le ventre et la bourse vides, Aimable finit par changer de manières et devint alors mercenaire, n'aidant la veuve et l'orphelin que contre espèces sonnantes et trébuchantes et... un peu de nature, si tant est qu'elle ne soit ni trop jeunette ni trop gâtée...

Au fil des saisons, Aimable acquiert plus de matériels de cuisine que de guerre, si bien qu'il doit alors le faire porter par non mois de deux mules, car s'il aime se battre pour gagner sa vie, cuisiner reste son passe-temps favori et il n'est pas rare qu'on le retrouve derrière les fourneaux dès taverne qu'il visite lorsque le ragout lui parait trop fade. C'est ainsi qu'il écope du surnom de « Chevalier-Cuisinier » ou encore du sobriquet de « Tambouille » lorsqu'il vient à prendre les rênes de la cuisine d'un bivouac mercenaire...

Un grassoulet dans le Ranceval

Un jour qu'il campe seul dans une morne forêt beurretonne, préparant un bon grassoulet, l'odeur alléchante attire un curieux promeneur qui lui dit que de mémoire d'homme, jamais tambouille n'a sentie aussi bon en cette contrée du Ranceval... Voyant là un homme de guerre comme lui qui ne cherche pas querelle, Aimable lui propose alors de partager son copieux repas. La réputation du plat n'est pas usurpée et les deux hommes se gaussent à plein poumons en se soulageant longuement dans les fougères.

Après quelques avoir échangé quelques récits de batailles, le visiteur lui dit que là où il s'en retourne, il aurait bien besoin d'un cuistot de sa trempe, et qu'il aurait même le loisir de se construire une cuisine et une maisonnette s'il le voulait.
Étonné, Aimable lui rétorque qu'il à besoin de réfléchir mais que changer d'air ne lui déplaira pas, pourvu qu'il puisse gagner sa croûte en cassant moultes hérétiques et en cuisinant ce dont il a envie.

Rendez-vous est pris et l'homme lui enjoint de retrouver les vétérans de la Compagnie Caradoc sur Nova Bretonnia, leurs terres sur l'île-continent de Mythodea, et qu'il n'oublie pas de demander un certain Rancelot...

Tambouille de la Caradoc Prime

Après une saison à cogiter sur la proposition de son compagnon de bivouac, Aimable décide de tenter l'aventure. N'ayant pas plus le pied marin que ses mules et son canasson, le voyage est un supplice qui met à rude épreuve la bonne humeur déjà naturellement fébrile du Chevalier-Cuisinier. « Océan de merdaille !!! Juste bon à pisser et chier tripes et boyaux dedans !!! Poiscaille à la con ! J'en bouffe mais j'en vomis encore plus juste après !!! » Celui-ci jure tant et si fort durant le voyage que l'équipage craint qu'il n'attire sur eux l'œil des dieux des tempêtes et des naufrages... Heureusement, après ce fastidieux trajet, l'accueil qui attend le grognon voyageur dans le petit village des vétérans de la Caradoc lui fait oublier tous les désagréments de la haute-mer ; il faut dire aussi qu'il n'a plus assez de voix pour prononcer le moindre juron, donc passa aux yeux de tous pour un compagnon calme et réservé...

Tambouille reconnait alors l'homme avec qui il a partagé le grassoulet et ses conséquences gastriques, et c'est bien Rancelot qui l'accueille à bras ouverts dans la Caradoc Prime, la nouvelle armée mercenaire basée en leur village de Saint-Caradoc-en-Bourg et qui lui annonce qu'il peut réclamer les pleins pouvoirs en cuisine car la cheffe cantinière habituelle ne pourra dorénavant plus les accompagner.

Si la Caradoc Prime semble avoir suffisamment de brasseurs et de vignerons pour étancher tout une province, il semblerait qu'un cuistot ne soit effectivement pas de trop dans ce régiment.

Aimable « Tambouille », le Chevalier-Cuisiner jouera donc de la cuillère et de la voix durant la campagne 1219 !